Cynotopia

Fitness canin, proprioception : une vache à lait lucrative

Depuis quelques années déjà, la mode est à la “proprioception” – on ne sait pas ce que ça veut dire, à part mettre son chien sur des équipements gonflables et… Faire des trucs. Un flou artistique règne en maître dans cette discipline, vendue comme “fondation” de l’agility, ou comme cross-training aux bénéfices les plus larges possibles, dans l’espoir de tomber plus ou moins juste.

C’est simple, en France, presque personne n’est formé.

Il n’existe pas de diplôme pour exercer, aucun parcours reconnu, à part celui de l’ostéopathie animale (deux ou trois écoles en France pour cinq ans de formation).  Pour pouvoir en apprendre un peu plus, il faut se diriger vers les pays anglophones, qui peuvent déléguer le CPCFT, Certified Professional Canine Fitness Trainer, diplôme que je suis en train d’acquérir au moment où j’écris cet article. Beaucoup de théorie, énormément de pratique, des muscles à connaitre et reconnaitre, des vidéos à analyser, un certain nombre de chiens à palper… C’est actuellement l’un des rares garants qui trace la ligne entre les charlatans et les professionnels.

Depuis que j’ai commencé ma formation, j’ai vu passer l’annonce d’une vingtaine de stages axés “proprioception

Devinez combien étaient animés par des personnes formées ?

Deux.

 

Il semble que le fitness canin se transforme lentement en discipline ésotérique comme la voyance ou l’astronomie, où vous pouvez tout à fait décider un matin que vous avez les capacités pour lire l’avenir des gens, monter un cabinet, faire payer 250€ de l’heure et absolument personne ne vous arrêtera.

 

Voyons donc ensemble pourquoi confier votre chien à quelqu’un aussi qualifié que mon boulanger pour organiser ces stages est une mauvaise idée.

 


Le fitness canin, un complément à l’ostéopathie.

 

Beaucoup d’animateurs de stages décident d’organiser de telles journées parce qu’ils ont eux-mêmes expérimenté sur leurs propres chiens en préparant leur carrière d’agilitiste (ou tout autre sport canin.) Ils vantent donc leurs années de pratique qui semblent leur donner légitimité.

Cela me rappelle désagréablement cette personne qui a eu trois bergers allemand dans sa vie et est absolument certaine que son expérience hors du commun lui donne le droit de vous apprendre comment dominer votre chien (vous voyez un peu le profil ? On en connaît tous un).

 

De façon plus littérale, prenons mon exemple.

J’ai une santé pourrie. Avant même d’être majeure, j’ai passé une quantité astronomique d’examens et testé toute la panoplie d’imagerie médicale qui puisse exister. Scanners, IRM, ODM, ECC, EGC, j’ai passé des semaines à l’hôpital pour qu’on étudie mon cas, j’ai testé de la médecine alternative, de l’homéopathie, le pouvoir des pierres, des plantes, en bref j’ai une vision assez globale de la médecine moderne. Je sais probablement mieux que pas mal de membres du personnel médical comment tous ces appareils marchent parce que j’ai passé un sacré bout de temps de temps dedans.

Donc je pense avoir assez d’expérience pour me déclarer médecin.

C’est vrai quoi, j’ai tout testé, j’ai vu ce qui marchait et ne marchait pas, je pense donc être capable de pouvoir recommander les traitements appropriés à mes futurs patients, non ?

Ben, non.

Mais c’est comme cela que beaucoup d’organisateurs de stage voient les choses.

Il faut prendre quelques secondes pour réaliser que si vous ne prendriez pas rendez-vous auprès d’un ostéopathe non formé (mais qui a manipulé toute sa famille avec beaucoup de succès !) c’est exactement la même chose pour votre chien.

 


 

Oui, votre chien peut finir avec un coude déplacé vers l’extérieur et le dos plus creux que celui d’une vache…

 

Les bienfaits (et méfaits) du fitness canin

 

Le problème principal, c’est que beaucoup ignorent totalement ce qu’est le fitness canin. Avez-vous déjà posé la question à votre animateur de stage ? Pourquoi diable mettre Médor sur une peanut ? A quoi ça sert ? “Ca le muscle” pourrait-on vous répondre. Mais ça muscle quoi ? Quels groupes de muscles ? En quoi une peanut aide dans l’exécution de l’exercice ?

Pas de réponse.

 

Pour reprendre le parallèle de l’ostéopathie, il est très facile de bousiller votre chien en quelques séances mal gérées. Tout comme un charlatan pourra bloquer votre clavicule ou déclencher des douleurs lombaires incroyables, on pourra amplifier les petits problèmes de votre cher compagnon jusqu’à le ruiner purement et simplement.

 

Si on vous demande d’exécuter un exercice peu approprié pour un chien débutant (typiquement, lui demander de se tenir debout sur une peanut) ce dernier mettra en oeuvre des mécanismes pour compenser son énorme difficulté à maintenir son équilibre : il va écarter les pattes, ses postérieurs vont former un X, avec les jarrets très proches et les carpes et métacarpes (bout des pattes et doigts) très écartées. Ses épaules vont se contracter très fort et son cou se tendra vers l’avant en crispant tous les muscles qui bordent sa colonne vertébrale et s’enfouissent entre ses côtes.

Nickel, vous avez un bloc de muscles contracté, stressé comme pas possible et dans la pire position qui soit. Ajoutez à cela le fait qu’il exerce un travail brutal et non préparé sur son corps, puis posez-vous la question : en quoi cela peut-il l’aider pour l’agility ?

C’est un peu comme tirer une voiture à bout de bras pour se préparer à tracter un camion.

Vous allez démolir votre dos, qui ne sera absolument pas “préparé” à fournir un gros effort par la suite, mais au contraire, affaibli.

 

Pour reprendre l’exemple des agilitistes, qui ont bien compris que la préparation physique de leur chien de sport était essentielle (même si, encore une fois, tous les chiens, peu importe leur activité, en bénéficieraient) imaginez que le formateur ne fasse pas mention de la mauvaise position de leur chien (postérieurs mal placés par exemple) et que, très consciencieux, ils demandent à leur toutou le même exercice, deux fois par semaine pendant trois ans, en récompensant la mauvaise position.

Non seulement le groupe musculaire visé ne sera pas mobilisé, mais en plus, cela pourra entraîner de l’arthrose très rapidement (voire des dysplasies chez les sujets prédisposés), dans la mesure où des mauvais mouvements répétitifs finiront par limer le cartilage enrobant l’épiphyse des os longs. Imaginez alors l’impact d’un tel traitement sur un sujet encore juvénile destiné à l’agility, qui aura répété les mauvais mouvements, encore et encore, parfois pendant des années, puis aura fait ses zones, sauté en C, accéléré et freiné sur ses hanches mal (ou pas) musclées.

 

Ceux ayant pris rendez-vous avec un ostéo pour leur chien savent sans doute qu’il y a toujours quelque chose à corriger ; imaginez que votre chien ait un petit problème aux épaules avant le stage, et que le formateur ne le remarque pas. Beaucoup d’exercices tendent à les mobiliser, et sans surprise, les problèmes s’aggraveront très vite.

 

Bien sûr, tout n’est qu’une question de dosage : si vous faites un exercice une ou deux fois par mois, mal fait ou bien fait, il n’y aura pas d’impacts.

Mas si vous cherchez réellement à muscler votre jeune chien de sport, ou si vous voulez  améliorer l’espérance de vie de votre vieux compagnon, alors le choix de votre formateur est d’une importance capitale.

 

Lorsque je disais que pas un seul stage organisé ces derniers mois n’était géré par quelqu’un de formé, c’est que j’ai regardé leur CV ou posé des questions.

Avant de participer à tout événement sur le fitness, si vous cherchez réellement à apprendre et à BIEN faire, posez des questions ! Demandez les FORMATIONS de la personne, et le NOM de ses formateurs. Combien de fois on m’a répondue “j’ai été encadrée par des grands noms du fitness canin aux USA” et quand je demandais les noms, plus de réponses…

Faites particulièrement attention aux cours en ligne, qu’on tend à vendre comme la solution miracle pour muscler votre chien. Non, faire un twist et un salut ne muscleront pas Médor, tout comme lever trois fois les bras ne vous feront pas d’épaules herculéennes…

A partir du moment où la personne est incapable de vous fournir une base théorique, il est fort probable qu’elle ne sache même pas quels sont les impacts des exercices qu’elle vous donne.

 

Une personne formée peut rééduquer après une blessure, remarquer au premier coup d’oeil les défauts posturaux de votre compagnon ou remuscler un chien dysplasique.

Un charlatan mettra juste votre chien sur des équipements instables.

 

Avant de vous inscrire à un quelconque évènement, demandez-vous si c’est juste pour de l’amusement (auquel cas, allez-y le coeur léger) ou si vous recherchez vraiment à acquérir des bases solides pour muscler efficacement vos chiens.

En attendant de trancher, vous pouvez regarder la catégorie « fitness canin » de ce blog, vérifier ma légitimité à tenir un tel discours en vérifiant mes formations, et même découvrir cet article sur l’introduction au fitness canin !